12 April 1996: PRINCESS DIANA AND HELENE MERCIER ARNAULT AT FESTIVAL HALL LONDON SOUTHBANK CENTRE (en français aujourd’hui)

image Lady Di, Ma Confidente
image“Après un récital que j’avais donné au Festival Hall, South Bank Center, à Londres, quelques semaines après la disparition de Madeleine, j’avais ressenti le besoin de confier ma souffrance. Diana avait su, au cours de notre conversation, trouver des mots émouvants et d’une rare justesse pour m’apaiser et me redonner une lueur d’espoir. Je crois qu’aucune femme ne m’a autant subjuguée. Spontanée, exubérante, imprévisible, touchante, elle savait se montrer d’une grande délicatesse.”
image Mais il est peu question de la vie privée d’Hélène Mercier Arnault dans Au Fil Des Notes, un livre qui devait au départ prendre la forme d’un entretien, à l’image de celui que son mari a publié également chez Plon, en 2000, sous le titre La passion créatrice.
image Peu satisfaite de la première version du manuscrit, la pianiste a décidé de changer de style, optant pour une sorte de journal intemporel au flou artistique délibéré, où il est beaucoup question de musique et très peu de sa vie parmi les gens riches et célèbres.
image La rencontre avec Lady Di
image Le livre se veut aussi un hommage à sa soeur Madeleine, de six ans son aînée, une violoniste qui l’a initiée à la musique dans la maison familiale de Mont-Royal.

Au tournant de la quarantaine, affligée par une bipolarité mal soignée et aggravée par la consommation de haschich, Madeleine a mis fin à ses jours en se jetant en bas d’un édifice. C’était en 1996 et Hélène Mercier affirme que le chagrin et la culpabilité causés par la mort de Mado ont failli avoir raison de sa carrière. «J’ai perdu le goût pour la musique. Je pleurais des journées entières et je suis passée à un cheveu d’abandonner complètement le piano», raconte-t-elle.
image Celle qui l’a sauvée du déluge n’est nulle autre que Lady Di. À la fin d’un concert qu’elle donnait à Londres et auquel assistait Lady Di, Hélène Mercier s’est spontanément confiée à la princesse. «C’était la première fois que je parlais du suicide de ma soeur à quelqu’un à l’extérieur de ma famille et par sa douceur, sa chaleur et sa compassion, Lady Di m’a redonné espoir.»
imageL’histoire est touchante et Hélène Mercier la raconte avec une belle émotion, mais impossible de ne pas y voir une complaisance un brin démagogique, sans doute encouragée par les faiseurs d’image qui la conseillent. Car il n’est pas donné à tout le monde d’avoir eu la chance d’être consolé par Lady Di. Hélène Mercier concède que le charisme de la princesse est ce qui l’a poussée à se confier à elle. Mais lorsque je lui demande si elle en aurait fait autant auprès de Carla Bruni, elle esquive la question.
image Chose certaine, rien n’obligeait Hélène Mercier à s’astreindre au délicat exercice de la confession publique. Rien non plus ne l’oblige, 20 soirs par année, à quitter le confort plus que douillet de son hôtel particulier à Paris pour aller jouer du Beethoven ou du Schubert dans des villes étrangères et des salles mal chauffées.

«Mon piano est mon compagnon depuis que j’ai l’âge de 6 ans. Cesser de jouer et renoncer à ma carrière, ce serait passer à côté de moi-même. Ce n’est pas mon genre», dit-elle avec une détermination de fer au fond des yeux.

N.B.

Diana and Helene Mercier Arnault were friends.  Ms. Mercier is a concert pianist and Diana attended her recital with her sister, Sarah, on the evening of April 12, 1996 at Festival Hall in London.  Ms. Mercier is the wife of Bernard Arnault, Chairman of LVMH, who is one of the wealthiest men in France. She recounts above how compassionate and consoling Diana was when her sister, Madeleine, committed suicide in 1996. She also talks about her career, her music and her life. She is originally from Montreal, Canada.